‏إظهار الرسائل ذات التسميات histoire politique. إظهار كافة الرسائل
‏إظهار الرسائل ذات التسميات histoire politique. إظهار كافة الرسائل

الأحد، 15 أكتوبر، 2017

Histoire de la Tunisie à travers les assiettes décoratives françaises تاريخ تونس في الخزف الفرنسي

SADOK BEY

KROUMIRS

DEPART DES TROUPES

SOLDATS TUNISIENS

ASSIETTES CHOISY

Assiette Bordeaux - Tunisie Gouverneur de Kairouan Général Etienne

Expédition de TUNISIE Lieutenant Arthuis du 6eme Hussards Kairouan / vieillard

Expédition de TUNISIE Fusilier Marins Prise de SFAX./vieillard / bordeaux


الخميس، 7 سبتمبر، 2017

LE GOUVERNEMENT DE NOUIRA et consolidation du monopartisme / OCTOBRE 1971 حكومة نويرة واستقواء الاحادية الحزبية

Le gouvernement Hédi Nouira est le quatrième gouvernement tunisien formé après l'indépendance et le deuxième formé après la restauration du poste de Premier ministre. Son chef, Hédi Nouira, est nommé Premier ministre par intérim le 9 octobre 1970, en raison de l'absence de Bahi Ladgham retenu au Caire depuis le 21 septembre par les tentatives de conciliation relatives à la crise de Septembre noir. Il assure sa fonction jusqu'au 1er mars 1980, date à laquelle Mohamed Mzali est nommé comme coordinateur de l'action gouvernementale, jusqu'à sa nomination comme Premier ministre le 23 avril de la même année Le 19 juin 1971, Bourguiba rentre à Tunis après six mois de soins à l'étranger. Son arrivée fait espérer un moment que les contradictions au sein du pouvoir vont s'apaiser mais l'affrontement consécutif aux incertitudes sur sa santé reprend de plus belle. C'est pourquoi, sur l'insistance du ministre de l'intérieur Ahmed Mestiri, le président se résout, le 24 juillet, à annoncer la tenue en octobre d'un congrès à Monastir tout en avertissant : « Tout dernièrement, ces calculs ont pris un tour exacerbé au sujet de ma succession. Le moins qu'on puisse dire, c'est qu'ils sont bien prématurés »3. Comme pour prolonger l'avertissement, Mestiri est piégé par la nomination, le 7 septembre, de gouverneurs sans son aval. Il démissionne alors du gouvernement. Le 4 septembre 1971, il est déchargé de ses fonctions de ministre de l'Intérieur par décret présidentiel à la suite de son opposition à la nomination arbitraire d'un nouveau directeur de la sûreté nationale et de deux gouverneurs C'est donc dans un climat tendu que le congrès s'ouvre le 11 octobre. La presse du PSD ainsi que certains quotidiens indépendants s'engagent dans une campagne virulente contre Mestiri, assorties d'attaques personnelles et de menaces. Le 22 octobre, Bourguiba réunit le comité central au palais de Carthage et désigne une liste de 22 membres (d'où sont exclus Ladgham et Mestiri qui avaient obtenu le plus grand nombre de voix au congrès) parmi lesquels doivent être élus les membres du bureau politique WIKIPEDIA














الأربعاء، 6 سبتمبر، 2017

تنصيب بيار فوازار مقيما عاما لفرنسا في تونس PIERRE VOIZARD RESIDENT GENERAL DE FRANCE EN TUNISIE le 2 Septembre 1953

Le 2 septembre 1953, Pierre VOIZARD succède à Jean de Hauteclocque au poste de résident général de France en Tunisie. Une fois installé à la résidence, Pierre Voizard doit à la fois assurer la sécurité des colons français menacés par les fellagas et tenir compte des aspirations des nationalistes. Il propose des réformes institutionnelles qui donnent plus d'autonomie aux Tunisiens, mais elles sont rejetées à la fois par les colons, qui reprochent à Voizard un manque de fermeté, et par les Tunisiens, qui n'ont pas été consultés et qui aspirent à une indépendance complète. Le 30 juillet 1954, Pierre Mendès France le rappelle et le nomme grand officier de la Légion d'honneur en compensation. wikipedia













الاثنين، 14 أغسطس، 2017

Investiture du GOUVERNEMENT MHAMED CHENIK / Aout 1950 تنصيب حكومة شنيق

Le gouvernement M’hamed Chenik de 1950 à 1952 est le premier gouvernement tunisien ayant négocié les conditions d’une évolution de la Tunisie vers l’autonomie interne pendant le protectorat français Le nouveau gouvernement est formé des personnalités suivantes7 : • M'hamed Chenik : grand vizir ; • Mahmoud El Materi : ministre de l’Intérieur ; • Mohamed Ben Salem : ministre de la Santé publique ; • Hamadi Badra : ministre du Travail et des Affaires Sociales; • Mohamed Saadallah : ministre de l’Agriculture ; • Salah Ben Youssef : ministre de la Justice ; • Mohamed Salah Mzali : ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat. Le 25 mars 1952, après avoir demandé en vain à Lamine Bey de le rencontrer en tête-à-tête, De Hauteclocque se résigne à le voir en présence des ministres tunisiens. Il exige la démission du gouvernement Chenik. Ce dernier réplique et le ton monte En réponse au télégramme de protestation du bey, Vincent Auriol lui envoie deux de ses collaborateurs les plus proches, Jacques Kosciusko-Morizet et Jean Forgeot. De Hauteclocque profite de l’occasion pour s’imposer lors de la visite, alors que Lamine Bey refuse de le recevoir depuis l’arrestation de ses ministres. Contrairement à ses attentes, Auriol ne désavoue pas le coup de force. Il lui reproche au contraire de n'avoir toujours pas lancé d'appel au calme ni fait rappeler Ben Youssef et Badra. Privé de tout soutien (même son fils Chedly a disparu), le vieil homme cède et signe le décret nommant Slaheddine Baccouche comme grand vizir le 28 mars 1952 WIKIPEDIA