‏إظهار الرسائل ذات التسميات histoire de la Tunisie. إظهار كافة الرسائل
‏إظهار الرسائل ذات التسميات histoire de la Tunisie. إظهار كافة الرسائل

الأربعاء، 10 مايو، 2017

Commémoration du décès de TAHAR BEN AMMAR le 10 MAI 1985 / SIGNATAIRE DE L'INDEPENDANCE

Tahar Ben Ammar né le 25 novembre 1889 à Tunis et mort le 10 mai 1985, est un homme politique tunisien . En tant que chef du gouvernement tunisien, c’est lui qui a signé les accords d’autonomie interne en 1955 et le protocole d’indépendance en 1956. Issu d’une famille de propriétaires terriens de la grande bourgeoisie tunisoise,il effectue ses études primaires et secondaires au collège Alaoui jusqu’en 1906, date à laquelle il rejoint le lycée Carnot. Mais la mort de son père en 1907 le contraint à abandonner ses études pour diriger l’exploitation familiale.Membre du parti destourien , du parti réformiste, du Grand Conseil,Tahar Ben Ammar prend la succession de Chenik à la présidence de la section tunisienne du Grand Conseil de 1936 à 1938 Nommé chef du gouvernement le 8 aout 1954, les accords d’autonomie interne sont signés le 3 juin 1955 par Edgar Faure et Pierre July d’une part, Ben Ammar et Mongi Slim d’autre part. Reconduit pour diriger un 2e gouvernement le 17 septembre 1955, et au terme de trois semaines d’âpres discussions, le protocole d’accord franco-tunisien sur l’indépendance de la Tunisie a été signé le 20 mars 1956 par Ben Ammar et Christian Pineau, ministre français des Affaires étrangères source des photos: http://www.taharbenammar.com/
Signature de l'independance de la Tunisie
SIGNATURE DE L'AUTONOMIE INTERNE DE LA  TUNISIE


1er gouvernement Ben Ammar constitué en 1954


2e gouvernement Ben Ammar constitué en septembre 1955







الأحد، 7 مايو، 2017

PROVOCATION :CONGRES EUCHARISTIQUE INTERNATIONAL A CARTHAGE / 7 AU 11 MAI 1930

Le congrès eucharistique de Carthage tenu en 1930 a rassemblé des milliers de catholiques venus du monde entier pour une manifestation religieuse vécue comme une provocation par les Tunisiens sous protectorat français. Laissant de côté les principes de laïcité, les autorités religieuses et politiques françaises organisent de concert une semaine de cérémonies impressionnantes pour lesquelles l’archéologie est mise largement à contribution autour du thème de la résurrection de l’Afrique chrétienne. L’expression patriotique française s’y déploie dans un contexte de rivalités avec d’autres nationalismes, italien et britannique en particulier https://anabases.revues.org/343