‏إظهار الرسائل ذات التسميات BEYS DE TUNISIE. إظهار كافة الرسائل
‏إظهار الرسائل ذات التسميات BEYS DE TUNISIE. إظهار كافة الرسائل

الجمعة، 19 مايو، 2017

CEREMONIE D'INTRONISATION DE MOHAMED LAMINE BEY LE 15 MAI 1943

Mohamed el-Amine Bey, né le 4 septembre 18811 à Carthage et décédé le 30 septembre 1962 à Tunis2, est le dernier bey de la dynastie des Husseinites qui a régné sur la Tunisie de 1705 à 1957. Intronisé le 15 mai 1943 dans des conditions contestables suite à la destitution de son prédécesseur Moncef Bey par le général Henri Giraud en 1943, ce n’est qu’en 1948 que sa légitimité est reconnue par le peuple tunisien. Il se rapproche alors du mouvement nationaliste actif contre le protectorat français de Tunisie et en devient son représentant au plus haut niveau de l’État, n’hésitant pas à braver les résidents généraux qui se succèdent à Tunis. Marginalisé par les représentants du Néo-Destour qui lui reprochent d’avoir accepté des réformes en 1954 alors que de nombreux militants nationalistes dont Habib Bourguiba sont toujours emprisonnés, il ne prend pas part aux négociations pour l’autonomie interne qu’il ratifie en 1955, ni à celles pour l’indépendance du pays obtenue en 1956. Après une phase d’hésitations où la mise en place d’une monarchie constitutionnelle est envisagée, le nouveau gouvernement tunisien décide d’instaurer la République le 25 juillet 1957. Lamine Bey est alors expulsé de son palais ainsi que toute sa famille. Leurs biens sont saisis et plusieurs membres incarcérés. Il finit sa vie dans un appartement exigu. wikipedia














الأربعاء، 17 مايو، 2017

FUNERAILLES DE MOHAMED EL HEDI BEY DECEDE LE 11 MAI 1906

Muhammad El Hadi Bey , né le 24 juin 1855 au palais du Bardo et décédé le 11 mai 1906 au palais de Dermech à Carthage, est bey de Tunis de la dynastie des Husseinites de 1902 à sa mort. Investi comme prince héritier le 3 décembre 1898, il succède à son père, Ali III, le 11 juin 19021. Nommé général de division de la garde beylicale le 3 décembre 1898, il est promu au grade de maréchal le 11 juin 1902. Selon certaines sources, le souverain est très cultivé et savait très bien parler et écrire le français3. Cela ne l'empêche pas de tenir tête aux autorités coloniales, se différenciant ainsi de la souplesse dont faisait preuve son père. À la suite d'une dispute en 1904 avec le résident général de France en Tunisie Stephen Pichon, où il s'est vu refuser la révocation du grand vizir Mohammed Aziz Bouattour, il est frappé d'une congestion cérébrale et d'une paralysie de ses membres inférieurs. Il décède dans son palais de Carthage Dermech. Il est enterré au mausolée du Tourbet El Bey situé dans la médina de Tunis WIKIPEDIA