‏إظهار الرسائل ذات التسميات PERSONNALITES TUNISIENNES / PENSEURS ET SAVANTS. إظهار كافة الرسائل
‏إظهار الرسائل ذات التسميات PERSONNALITES TUNISIENNES / PENSEURS ET SAVANTS. إظهار كافة الرسائل

الأربعاء، 14 فبراير 2018

Dr; Brahim GHARBI fondateur du Croissant Rouge nous quitte الدكتور ابراهيم الغربي يغادرنا

Le Dr Brahim Gharbi vient de nous quitter le lundi 12 fevrier 2018 . Père de la pneumologie tunisienne. Né en 1920 à Kélibia, il avait obtenu son diplôme de doctorat de médecine en 1951 à Paris. De retour en Tunisie, il sera nommé interne des Hôpitaux, puis assistant des hôpitaux en1952, Chef de service des Hôpitaux en 1955 et Médecin Directeur de l’institut de Pneumo de l’Ariana de 1964 à 1985. Il sera professeur agrégé à la faculté de Médecine de Tunis puis Professeur de 1974 à 1986. Il a été l'initiateur et le superviseur de la première campagne de lutte contre la tuberculose en 1958 qui a démarré dans le gouvernorat de Sousse avant de s'étendre aux autres gouvernorats. Il a présidé le Croissant rouge tunisien ainsi que le Conseil de L'Ordre des médecins. http://www.leaders.com.tn/article/24058-brahim-el-gharbi












السبت، 16 ديسمبر 2017

MONGI BEN HAMIDA ,Neurologue Tunisien de réputation internationale الدكتور منجي بن حميدة طبيب الاعصاب الدولي الصيت

Mongi Ben Hamida, né le 1er février 1928 à Kélibia et décédé le 4 mai 2003, est un neurologue et neuropsychiatre tunisien. Après des études primaires à Kairouan, Aïn Draham et Kélibia, il suit ses études secondaires au Collège Sadiki. Après avoir obtenu son baccalauréat en 1948, il s'inscrit à la faculté de médecine de Paris où il se spécialise en neurologie. De retour à Tunis en 1970, il enseigne à la faculté de médecine dont il est élu par la suite comme doyen (1971-1974). Fondateur en 1974 de l'Institut national de neurologie de Tunis, les recherches qu'il a effectuées sur des myopathes tunisiens lui ont valu une notoriété internationale. L'institut prend son nom le 12 mai 20121. Ben Hamida a également été maire de Kélibia et ministre de la Santé publique de 1977 à 1979. L'Institut national de neurologie Mongi-Ben Hamida, anciennement appelé Institut national de neurologie de Tunis, est un hôpital universitaire tunisien specialisé en neurologie. Bâti suite au décret n° 92-56 du 9 juin 19921, il est baptisé en hommage à son fondateur, le neurologue et neuropsychiatre tunisien Mongi Ben Hamida, le 12 mai 2012 L’esprit qui animait le Professeur Ben Hamida est bien illustré par sa découverte de la myopathie tunisienne. Tout avait commence lors du 11ème congrès mondial de neuropathologie, organisé en 1977 à Amsterdam. Au cours de ce congrès, le professeur Mongi Ben Hamida a fait état, dans une communication, de la jeune expérience tunisienne sur les myopathies et osé dévoilé, devant les ténors de la pathologie musculaire de l’époque, une forme particulière de myopathie, proche sur le plan clinique de la myopathie de Duchenne, mais touchant les enfants des deux sexes (transmission autosomique récessive) et souligné sa fréquence élevée en Tunisie.







الخميس، 9 نوفمبر 2017

BECHIR DINGUIZLI premier Docteur tunisien en MEDECINE 1897

Béchir Dinguizli, né en 1869 à Tunis et décédé en 1934, est un médecin tunisien, le premier Tunisien musulman à exercer cette fonction à l'époque moderne Il naît dans une famille de la bourgeoisie tunisoise qui compte des personnalités éminentes au xixe siècle, actives dans divers domaines, aussi bien religieux qu'administratif1. Il est le petit-fils de Mustapha Dinguizli, cadi hanéfite de Tunis, le fils du colonel Mohamed Dinguizli et le frère du grand vizir Mustapha Dinguizli ; sa mère Hallouma est la sœur de Sadok Ghileb qui occupe la fonction de maire de Tunis1. Béchir Dinguizli intègre le Collège Sadiki comme membre de sa première promotion2. Il suit ensuite des études à la faculté de médecine de Bordeaux et soutient sa thèse de doctorat le 12 mai 1897 Ses recherches et travaux scientifiques lui permettent d'être nommé membre de l'Académie nationale de médecine à Paris wikipedia







Le Croissant Vert Tunisien porte le nom de Bechie Dinguizli


الثلاثاء، 17 أكتوبر 2017

AHMED CHERIF: Pionnier de la médecine moderne احمد الشريف احد رواد الطب العصري التونسي


Dr Ahmed Chérif un des trois premiers médecin en Tunisie. il est diplômé de la faculté de médecine de Bordeaux en 1908 Le Docteur Ahmed CHERIF est né à Moknine - Gouvernorat de Monastir - en Tuinisie, le 6 Janvier 1878, fils de Mohamed CHERIF (Mouadeb et Imam de Moknine) et de Halima SLIM. - Etudes primaires : Arabe, Français et coranique à Moknine - Etudes Secondaires : au collège ALAOUI, puis à l'école normale ou il obtint le brevet Supérieur - A exercé les fonctions d'instituteur et de receveur des PTT à Testour et à Kalaa Kébira Il quitte l'enseignement et se rend à la faculté de médecine de Bordeaux, ou il obtint une thèse de Doctorat basée sur la conception de l'enfant décrite dans le coran, Lauréat de la faculté, Médaille d'or. Il fut l'un des premiers Médecin Tunisien. - Il exerça à Tunis et avait son cabinet à Dar El Monastiri, Rue El Monastiri. Il a été un des promoteurs du mouvement politique "Union & progrès", de ceux que l'on appelait les "Jeunes Turcs" - Il collabora avec Ali Bach Hamba dans le Journal " La Jeunesse Tunisienne", il donna des cours de médecine familiale et médecine préventive à la Khaldounia qui étaient suivi régulièrement par l'élite tunisienne de l'époque - Il prit part avec succès, au concours qui devait désigner le médecin chef de l'hôpital sadikia, mais fut écarter par les autorités françaises pour être en premier lieu de nationalité tunisienne et en deuxième lieu pour son esprit politiquement progressiste. Il doubla son activité journalistique et ses conférences à la khaldounia prirent une tournure plutôt politique que médicale, et fut taxer par les autorités françaises, d'indésirable et l'exila en Turquie, en même temps que Ali bach Hamba. Il servit en qualité de médecin commandant de l'Armée Turque, sous les ordres de Kamel Attaturk. - Démobilisé, il s'installa à Beyrouth, en qualité de médecin de la santé publique et fonda le Lazaret Quarantenaire, principalement pour accueillir et soigner les pèlerins à l'aller et au retour de la Mecque. - Il épousa en première noce, à Bordeaux la fille d'un haut fonctionnaire français, Charlotte LEVISON, qui le suivit à Tunis. IL eu deux fils de nationalité tunisienne, Rachid mort à l'âge de 20 ans à Moknine et Mourad, qui effectua ses études en Tunisie, en Syrie, en Angleterre et en Egypte, il se fixa en Tunisie en 1942 en qualité d'agriculteur, de commerçant et enfin l'un des responsables du secteur cuir et chaussures à Tunis. - Il épousa en deuxième noce, Amina, la petite fille de l'Emir Abdelkader, fut exilé avec toute sa famille en Syrie. Il eut deux garçons et une fille de nationalité Libanaise. Le premier Amin, Docteur en Chimie Agricole et Industrielle, le deuxième Ameur, Président Directeur Général de la compagnie des transport Aérienne libanaise, la troisième Raja, Docteur en sciences économiques et politiques - le Docteur Ahmed CHERIF, écrivit et publia plusieurs ouvrages sur la médecine arabe et sur le pèlerinage à la Mecque. Il fonda avec Béchir SFAR, le "cercle tunisien" installé à la rue de la commission, ou se donnait rendez vous l'élite tunisienne pour l'union et le progrès - il prit part à de nombreux congés politiques, littéraires, médicaux et même des PTT dans les pays arabes et autres, ou généralement il prenait la parole, en pavoisant le drapeau tunisien. Dans ces discours, son thème était toujours le même "union et progrès", des tunisiens contre le colonialisme. - IL connaissait par cœur le Coran, il publia de nombreux articles démontrant que la médecine avait sa source dans le livre sacré. - le Docteur Ahmed CHERIF mourut à Damas, en Juin 1958 et fut inhumé dans le moselé de l'émir Abdelkader https://www.facebook.com/pg/drahmedcherif/about/?ref=page_internal *https://www.facebook.com/drahmedcherif/