‏إظهار الرسائل ذات التسميات PATRIMOINE MILITAIRE/ CONFLITS ARMES. إظهار كافة الرسائل
‏إظهار الرسائل ذات التسميات PATRIMOINE MILITAIRE/ CONFLITS ARMES. إظهار كافة الرسائل

الثلاثاء، 7 فبراير، 2017

Commémoration du BOMBARDEMENT DE SAKIET SIDI YOUSSEF LE 8 FEVRIER 1958 par les français

8 février 1958. Le village tunisien de Sakiet Sidi Youssef, proche de la frontière algérienne, est bombardé par l'armée française après des tensions entre l'armée et des combattants de l'ALN basés en Tunisie. 70 victimes sont à dénombrer dont une vingtaine d'enfants. L'indignation monte jusqu'à l'Onu Le bombardement de Sakiet Sidi Youssef est une opération menée par l'armée française, dans le cadre de la guerre d'Algérie, sur le village tunisien de Sakiet Sidi Youssef le 8 février 1958, causant la mort de plus de 70 personnes, dont une douzaine d'élèves d'une école primaire, et 148 blessés parmi la population civile. Depuis, chaque 8 février, la Tunisie et l'Algérie commémorent conjointement cet événement.
















الأربعاء، 25 يناير، 2017

Evènements du JEUDI NOIR DU 26 JANVIER 1978

Le « Jeudi noir », se réfère à des incidents violents ayant eu lieu en Tunisie, et plus spécifiquement à Tunis, à partir du jeudi 26 janvier 1978. Résultat d'une crise entre le gouvernement et les syndicats, la première grève générale organisée depuis l'indépendance du pays connaît un grand succès et le pays est totalement paralysé. Elle marque aussi le moment où le mouvement syndical tunisien marque une opposition radicale face au pouvoir, affirmant son désir d'autonomie face à ce dernier. On dénombre finalement des dizaines voire des centaines de morts selon les sources Des dizaines de procès, qui ont lieu dans les jours qui suivent, conduisent à la condamnation de quelque 500 personnes Le 9 octobre 1978, le secrétaire général de la centrale syndicale, Habib Achour, est condamné à dix ans de travaux forcés, tout comme Abderrazak Ghorbal6, le patron de l'UGTT à Sfax. Treize autres sont punis de peines allant de huit ans de travaux forcés à six mois de prison, alors que six bénéficient d'un sursis et sept sont acquittés. Le gouvernement de Mohamed Mzali libère finalement Achour et d'autres prisonniers syndicalistes wikipedia