‏إظهار الرسائل ذات التسميات ARTISANAT / PIERRE ET ARGILE. إظهار كافة الرسائل
‏إظهار الرسائل ذات التسميات ARTISANAT / PIERRE ET ARGILE. إظهار كافة الرسائل

الجمعة، 26 أغسطس، 2016

Patrimoine de l'habitat / BRIQUETERIE DE TOZEUR

http://destination-tunis.fr/briqueterie-tozeur Avec le tourisme, la brique est l’un des piliers de l’économie de la ville deTozeur. Des centaines de familles vivent de cette production locale, dans différents domaines (matière première, fabrication, transport, maçonnerie …). la briqueterie est en fait un vaste terrain regroupant de nombreux ateliers. On trouve un tas de gravats par-ci, un tas de briques par-là, séparés par une guérite. Et quelques hommes qui travaillent à-même le sol. Le contraste est violent si vous venez directement depuis un hôtel… Chaque atelier dispose de plusieurs éléments. On commence avec le stock de matière première et à proximité, les bacs de mélange. On trouve également un terre-plein où les briques sont moulées puis séchées. Il y a bien sûr un four, souvent entouré d’une montagne de briques cassées. Enfin, la guérite, offrant un peu d’ombre et dans laquelle sont stockés les outils. Tous les matériaux utilisés pour la fabrication des briques proviennent de Tozeur ou des environs. L’eau est acheminée depuis l’oasis. L’argile et la terre sont extraites à 7 kilomètres de là, à proximité du chott el Jérid. Le four est alimenté par les palmes taillées en permanence dans la vaste palmeraie de la ville. On peut dire que la briqueterie est la filière d’élimination des déchets végétaux créés par l’industrie de la datte. Ces matériaux sont pour la plupart acheminés vers les ateliers par charrettes. Chaque atelier dispose de ses propres filières d’approvisionnement, avec plusieurs sous-traitants spécialisés (transporteur d’eau, coupeur de palmes, transporteur de palmes…). En fait, pour 1 artisan-briquetier, il y a au moins 5 personnes chargées de l’approvisionnement. Le malaxage Première étape de la fabrication de la brique : l’élaboration de la pâte. Dans un grand bac, l’ouvrier mélange de l’argile (2/3) et du sol sableux (1/3) avec de l’eau. Pas de machine : tout se fait à la main jusqu’à obtenir un coulis homogène et visqueux, de couleur ocre à beige. Les quantités pour chaque malaxage sont faibles, 2-3 brouettes environ. En effet, le mélange sèche vite, il est donc important de passer rapidement à la phase suivante. Le moulage Le moulage est réalisé grâce à un cadre en bois. Chaque cadre permet de créer deux briques. Avant chaque opération, l’ouvrier passe le cadre dans un seau d’eau, afin que la pâte se détache facilement lors du retrait du cadre. Puis il remplit les cadres de pâte, s’assure qu’il n’y a pas de bulles restantes et retire rapidement le moule. En effet, l’opération doit être rapide pour que les faces des briques soient lisses. Le séchage La 3ème étape consiste au séchage des briques. Cette phase est primordiale pour une bonne qualité de la brique ! Si la brique sèche trop vite, elle va se craqueler. Si elle ne sèche pas assez vite, elle sera encore humide et explosera dans le four. Pour une bonne réussite, les briques sont couvertes de cendre (issue du four) et exposées au soleil. La cendre a un rôle majeur : elle permet d’extraire facilement l’humidité, comme un papier buvard. Elle crée une couche autour de la brique, évitant la formation de craquelures à sa surface. Régulièrement, les briques sont retournées. Le séchage dure plusieurs heures en été, 3 à 4 jours en hiver. Une fois vidées du surplus d’humidité, les briques sont reprises et grattées sur chacune des 6 faces. L’opération, toujours manuelle, est réalisée à l’aide d’un couteau. La couche de cendre est ainsi éliminée. Les briques sont alors stockées en petits tas aérés, afin de finaliser le séchage. Remplissage du four Les briques séchées doivent passer par une phase de cuisson en four avant d’être utilisables. Le four ressemble à une tour de 4 mètres de hauteur et 3 mètres de diamètre. La partie inférieure est constituée par le foyer. Vers le bas, une ouverture permet d’alimenter le feu en carburant (les palmes) et en comburant (l’air). La chaleur et la fumée s’évacuent vers la partie supérieure de la tour dans laquelle sont entreposées les briques. D’apparence rudimentaire, le four est en fait idéalement adapté à la brique de Tozeur. Les briques sont entreposées en quinconce dans le four, créant de nombreux espaces. Cette disposition permet une bonne circulation d’air dans le four. La chaleur est donc bien répartie et assure une cuisson homogène pour toutes les briques. Au total, un four peut contenir entre 15 000 et 30 000 briques ! La cuisson Dès que les four est rempli de briques, le feu est allumé. Il faut un minimum de 6 000 palmes pour alimenter le feu pendant 24 heures ! La température monte à près de 1 000 ° et doit rester stable durant toute la durée de la cuisson. La gestion de la température est essentielle pour que la brique soit de bonne qualité. L’ouvrier reste mobilisé pendant toute la durée de cette opération, qui arrive environ une fois par mois. Le sommet du four est recouvert de terre. Afin de gérer les flux de chaleur à l’intérieur du four, le responsable de la cuisson enlève ou rajoute de la terre au sommet du four. Après 24 heures de chauffe, le feu n’est plus alimenté. Il faut 3 à 4 jours pour que la température redescende dans le four ! Les briques sont alors extraites et triées. Les briques mal cuites (celles situées sur les bords), sont bi-colores, généralement rouges et beige. Elles sont mises de côté et pourront servir pour faire des effets de couleur sur les façades. Les briques ‘normales’ sont stockées en d’énormes tas, en attendant que les acheteurs viennent les récupérer. http://www.ec-brassens-megrine-tunisie.ac-versailles.fr/archives/GB20052006/cm/briqueterie/briqueterie.htm


ATELIER DE BRIQUETERIE

MALAXAGE DE L'ARGILE




MOULE

إضافة تسمية توضيحية

NETTOYAGE DES BRIQUES

FOUR A BRIQUES



FOUR CHAUD

FIN DE CUISSON