‏إظهار الرسائل ذات التسميات OCCUPATION COLONIALE EN 1881. إظهار كافة الرسائل
‏إظهار الرسائل ذات التسميات OCCUPATION COLONIALE EN 1881. إظهار كافة الرسائل

السبت، 28 أكتوبر، 2017

OCCUPATION COLONIALE DE KAIROUAN le 26 octobre 1881 احتلال فرنسا لمدينة القيروان

Le 26 octobre, un émissaire venu de Kairouan apprend au général Étienne que les insurgés qui occupent la ville l’ont désertée après la mort de leur chef Ali Ben Amara. Le gouverneur a alors repris possession de la ville et attend l’armée française pour lui faire sa soumission. À 14 heures, les troupes du général Étienne investissent la kasbah et reçoivent les clés de la ville des mains du gouverneur. Ils sont bientôt rejoints par la colonne Logerot qui s’est surtout battue contre une nature difficile où les sources d’eau potable sont rares. Forgemol est le dernier à rejoindre Kairouan : ses soldats auront à faire face aux combats les plus durs car la région est parcourue par les insurgés qui refluent depuis le Nord, repoussés par les premières attaques des renforts français. Ils doivent aussi faire face aux attaques des combattants fraichiches dont ils traversent le territoire. Quand ils arrivent à Kairouan, ils déplorent sept tués et une trentaine de blessés











الأحد، 15 أكتوبر، 2017

Histoire de la Tunisie à travers les assiettes décoratives françaises تاريخ تونس في الخزف الفرنسي

SADOK BEY

KROUMIRS

DEPART DES TROUPES

SOLDATS TUNISIENS

ASSIETTES CHOISY

Assiette Bordeaux - Tunisie Gouverneur de Kairouan Général Etienne

Expédition de TUNISIE Lieutenant Arthuis du 6eme Hussards Kairouan / vieillard

Expédition de TUNISIE Fusilier Marins Prise de SFAX./vieillard / bordeaux


السبت، 7 أكتوبر، 2017

OCCUPATION FRANCAISE DE LA VILLE DE TUNIS LE 7 OCTOBRE 1881الاحتلال الفرنسي لمدينة تونس

Les 6 et 7 octobre 1881, le général François Auguste Logerot fait occuper la colline du Belvédère à Tunis, où il installe une batterie d'artillerie qui tient la ville sous ses canons.Le massacre de la gare d'Oued Zarga affole les populations européennes. Pour les rassurer, il est décidé d'occuper Tunis Logerot fait occuper également les forts de Sidi Belhassen (Borj Ali Raïs), commandant l'entrée sud de Tunis, et de La Rabta, situé entre Tunis et Le Bardo. Le 10 octobre, un bataillon d'infanterie installe son camp sur l'avenue de la Marine et à proximité de la résidence générale de France, tandis que la kasbah, principal fort turc et caserne de Tunis, est occupée par deux bataillons d'infanterie et qu'une batterie d'artillerie pénètre dans la citadelle par les portes occidentales donnant sur la sebkha Séjoumi ; le drapeau français est alors hissé sur la kasbah, symbole du pouvoir militaire.














الأحد، 1 أكتوبر، 2017

ALI BEN AMMAR ET LA RESISTANCE A L'OCCUPATION FRANCAISE EN 1881 مقاومة الاحتلال الفرنسي في الشمال التونسي

Leader de la tribu des Ouled Ayar près de Makthar, Ali Ben Ammar est en prison lors de la première expédition. Il soudoie ses geôliers pour être libéré et rejoint sa tribu début août. Son charisme et son autorité lui permettent de réunir autour de lui jusqu’à 5 000 combattants venus de toutes les tribus49. Il décide alors d’isoler la garnison française du Kef en envoyant un contingent de 1 600 hommes couper la route entre Tunis et Le Kef. Dans le même temps, il assiège l’armée tunisienne, commandée par Ali Bey, qui campe à Testour pour garder la voie ferrée. Il espère ainsi rallier à sa cause les soldats tunisiens dont beaucoup sont tentés par la désertion pour rejoindre l’insurrection. Mais ses attaques des 26 et 27 septembre sont repoussées. Il décide alors de s’en prendre au chemin de fer50. Le 30 septembre, la gare d’Oued Zarga est attaquée par les insurgés. Neuf employés européens sont massacrés : un Maltais, six Italiens et deux Français. La ligne est coupée et les renforts militaires sont assiégés lorsque le train qui les amène déraille. Ils doivent évacuer à pied. Il faut plusieurs jours pour reprendre possession de la voie ferrée51. Le 7 octobre, après plusieurs assauts infructueux, les troupes de Ben Ammar sont mises en échec par l’armée d’Ali Bey qui contre-attaque, appuyée par un détachement de soldats français. Le camp de Ben Ammar est incendié et ses troupes se dispersent52. Le 20 octobre, une colonne militaire partie du Kef et commandée par le colonel La Roque affronte les combattants de Ben Ammar dans le défilé du Khanguet El Gdim, à 18 kilomètres du Kef. Les Tunisiens sont battus et laissent plusieurs dizaines de morts sur le terrain53. Les 21 et 22 octobre, les deux armées se retrouvent face à face à Bordj Messaoudi. La défaite est à nouveau écrasante : on dénombre 200 morts tunisiens54. Le 20 novembre, trois colonnes militaires (La Roque, D’Aubigny et Philebert) convergent vers le territoire des Ouled Ayar. Ben Ammar parvient à fuir jusqu’en Tripolitaine. Les membres de sa tribu qui sont restés sur place voient leurs biens razziés et leurs combattants exécutés. L’insurrection dans le Nord est dès lors définitivement matée








السبت، 30 سبتمبر، 2017

Attaque anticoloniale de la gare de Oued Ezzargua le 30 septembre 1881 هجوم مناهض للاستعمار على وادي الزرقاء

Le 30 septembre, la gare d’Oued Zarga est attaquée par les insurgés. Neuf employés européens sont massacrés : un Maltais, six Italiens et deux Français. La ligne est coupée et les renforts militaires sont assiégés lorsque le train qui les amène déraille. Ils doivent évacuer à pied. Il faut plusieurs jours pour reprendre possession de la voie ferrée51.


EXECUTION DES  COUPABLES DU TRAIN DERAILLE 




الخميس، 8 يونيو، 2017

اتفاقية المرسى لاقرار نظام الحماية في تونس CONVENTION DE LA MARSA DU 8 JUIN 1883

Les conventions de la Marsa , compléments au traité du Bardo, sont signées entre le bey de Tunis Ali III et le ministre-résident de France en Tunisie Paul Cambon le 8 juin 1883 à La Marsa (Tunisie). Ces conventions ont pour but, avec le rachat de la dette, de supprimer la commission financière internationale. Pour la première fois, le terme de protectorat est utilisé pour qualifier les rapports entre les gouvernements français et tunisiens. C’est le véritable acte de naissance du protectorat français de Tunisie. WIKIPEDIA

PALAIS BEYLICAL KSAR TAJ A LA MARSA